La 2e Division Blindée a compté dans ses rangs bon nombre de personnages qui étaient ou deviendront célèbres après la guerre. L'un des plus connus est très certainement Jean Gabin. Il est né le 17 mai 1904 à Paris. A l'âge de 20 ans, il effectue son service militaire dans le bataillon de fusiliers marins à Lorient. Afin de pouvoir être aux côtés de sa compagne de l'époque, il l'épouse et se retrouve basé au Ministère de la Marine à Paris.
En 1939, il est rappelé comme quartier-maître et envoyé à Cherbourg. Il divorce et épouse une autre femme. En 1941, il parvient à quitter la France pour rejoindre les Etats-Unis, en passant par l'Espagne et le Portugal. C'est aux Etats-Unis qu'il fait la rencontre d'une femme qui marquera toute sa vie : Marlène Dietrich.
La France lui manque et il désire se battre pour elle. Il se rend à New-York afin de pouvoir rejoindre les Forces Françaises Libres, ce qui lui est refusé, on préfère le voir au cinéma plutôt que dans des unités combattantes ! Ne baissant pas les bras, il part rencontrer le représentant des Forces Navales Françaises Libres et lui exprime son souhait de rejoindre. Il embarque sur l'escorteur ELORN, qui accompagne des convois de cargos et de pétroliers jusqu'à Alger. Il est chef de pièce antiaérienne de 40mm. Une fois arrivé à Alger, il souhaite débarquer de l'ELORN pour intégrer une unité de combat. Il rencontre Louis Jacquinot, Ministre de la Marine qui veut le faire entrer au centre artistique de la France Libre d'Alger, il refuse catégoriquement, et émet le souhait de rejoindre le centre Siroco. Il est finalement accepté. Il aura en charge la formation des jeunes recrues, qui se souviendront de son instruction, menée à la dure !
Marlène Dietrich viendra le rencontrer rapidement à Alger, en uniforme de WAF, elle partira ensuite sur le front Italien pour y rencontrer la 1ere DFL.
Jean Moncorgé apprend qu'un bataillon va être transformé pour devenir le Régiment Blindé de Fusiliers Marins, qui sera ensuite rattaché à la 2e Division Blindée du Général Leclerc. Il souhaite rejoindre cette unité en formation, mais trop tard, l'unité part pour l'Angleterre sans lui. Il obtiendra la possibilité de suivre une formation de conducteur de char. Il embarque alors sur le croiseur GLOIRE à destination de Brest. Une fois arrivé, il rejoint Paris où il y retrouve Marlène Dietrich.
 
Le croiseur GLOIRE
En décembre 1944, par hasard dans un bar, il fait la connaissance d'un lieutenant-Colonel, qui n'est autre que MASSU, il passe la nuit ensemble à boire et écumer quelques bars parisiens (le général Massu se souviendra de cette nuit !). Il rejoint le RBFM en janvier 1945. Il est intégré au 2e Escadron (Enseigne de Vaisseau Gelinet), 2e Peloton comme Chef de Char du TD SOUFFLEUR II (le SOUFFLEUR ayant été détruit quelques jours avant.
 
Jacques MASSU
L'équipe du SOUFFLEUR II est le suivant :
- Chef de Char : Jean Moncorgé
- Conducteur : Quartier Maitre Legendre
- Tireur : Matelot Gonidec (dit gogo)
- Aide-conducteur : Matelot Thiebault
- Aide-Canonnier : Quartier-Maïtre Chevalier
 

Photo du SOUFFLEUR II
qui servira également de couverture pour la seconde édition de l'ouvrage de l'Amiral Maggiar sur le RBFM

 
 
En février 1945 il participe à la réduction de la Poche de Royan. Il cantonnera ensuite au Château de Bouges avant de partir pour la campagne d'Allemagne, qui le mènera jusqu'au Nid d'Aigle d'Adolf Hitler à Berchtesgaden. C'est en Allemagne qu'il retrouve Marlène Dietrich, maintenant Capitaine, qui viendra l'embrasser sur son char lors d'une prise d'armes pour le Général de Gaulle. De retour en France, il demande à être démobilisé, ce qui sera effectif en juin. Il ne participera pas au défilé de la Victoire sur les Champs Elysées, mais verra passer sous les fenêtres de l'hôtel Claridge l'intégralité du RBFM et plus particulièrement son char, le SOUFFLEUR II.
 
Marlène Dietrich
Jean Gabin & Marlène Dietrich
Jean Gabin s'éteint le 15 novembre 1976. Incinéré, ses cendres seront dispersées au large de Brest depuis le pont de l'aviso DETROYAT.
 
Le DETROYAT
 

J'ai eu la chance en août 2007 d'assister à l'inauguration dans ma commune (Voisins-le-Bretonneux, 78) de la magnifique restauration d'un Tank Destroyer M10 aux couleurs du RBFM et portant le nom SOUFFLEUR II; cette inauguration était un moment tout particulier, car était présent le fils de Jean Gabin, Mathias Moncorgé. Je m'y suis rendu avec ma jeep, également aux couleurs du RBFM pour y faire quelques photos que voici :

 
Voisins le Bretonneux - Aout 2007
Voisins le Bretonneux - Aout 2007
Face au monument aux morts de Voisins le Bretonneux (lieu de passage de la 2e DB en août 1944)
 
63 ans après, un Moncorgé en tourelle du SOUFFLEUR II
 
 
Le TD et sa protection
 

cliquez sur le logo pour d'autres photos du 2e escadron